[INTERVIEW] Marie-Antoinette, une Française parmi les Thaïlandaises !

Une énergie sans limite, un large sourire aux lèvres et une positive attitude, c’est comme cela que Marie-Antoinette nous a accueilli pour nous parler de son expérience et surtout de sa retraite à Bangkok, en Thaïlande.

 

C’est un Mardi soir comme les autres que nous avons eu le plaisir de rencontrer Marie-Antoinette, 66 ans et 1m63 de bonne humeur, qui a transformé notre soirée en un moment “spécial” riche en échange.

C’est dans le milieu financier que Marie-Antoinette a passé une bonne partie de sa carrière. « Un parcours relativement classique », nous dit-elle, mais plutôt impressionnant d’après nous. Personal Assistant auprès de banques d’affaires et de grands cabinets comme Deloitte, le voyage n’a pas de secret pour elle, ayant travaillé aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Europe …

10 minutes passées avec elle ont d’ailleurs suffit à nous transmettre ce goût pour l’aventure, rien qu’en observant les étoiles qui apparaissaient dans ses yeux en nous en parlant. « J’ai toujours eu une passion pour l’étranger, pour les langues. »

 

Mais alors ? Après tant d’années à bouger, pourquoi pas la France pour la retraite ?

Retraitée depuis Février 2013, Retraite est synonyme de Nouvelles Aventures pour Marie-Antoinette. « Le climat, la mentalité, le manque d’exotisme … » quelques raisons pour lesquelles elle n’envisageait pas la France pour sa retraite. « La routine, un environnement que je connais par coeur … je ne voulais pas ça. Pour moi, partir à la retraite, c’est une occasion pour changer et découvrir quelque chose de différent. Ça nous oblige à modifier notre rythme, à adapter notre culture, à s’ouvrir et écrire un nouveau chapitre de notre vie … à rester actif. »

 

Et … la Thaïlande ?

“ J’y suis allée régulièrement … pendant 15 ans ! “

Nous retiendrons le grand sourire qui a illuminé le visage de Marie-Antoinette à cette question. Nous nous attendions presque à une réponse comme « c’était comme une évidence », mais …

 

« Mon fils est marié à une jeune femme Thaïlandaise. Une femme formidable, belle, intelligente et avec une culture incroyable. Quand ils étaient en Thaïlande, je venais leur rendre visite et passer mes vacances là-bas régulièrement – environ 2 fois par an – pendant 15 ans ! » Et la magie opéra d’elle-même. Marie-Antoinette tomba amoureuse du Royaume de Siam. « J’aimais beaucoup l’Asie du Sud-Est. En Thaïlande, j’ai rencontré ma belle-famille, des gens formidables. Une douceur de vivre, une mentalité si chaleureuse, un changement incroyable … j’y suis restée, même quand mon fils et ma belle-fille sont partis en France. » 2 secondes d’étonnement sont passées, puis …

 

Vous voulez dire que votre fils et sa femme sont donc en France actuellement ? Et vous ici ?

« Oui ! Ils sont à Paris ! Et moi, je suis restée à Bangkok, nous répond-elle avec un grand sourire, ma belle-famille est toujours ici, je ne suis pas seule. Et j’ai aussi tout mes amis ! » Parce que, oui, Marie-Antoinette ne plaisante pas quand elle parle de s’intégrer et de s’adapter complètement au pays. Elle a su prendre son rythme, entre street food, marchés et cours de yoga acrobatique. Elle souhaitait absolument rencontrer des Thaïs et se plonger entièrement dans cette nouvelle culture. « J’ai un petit groupe d’amis Thaïs, nous organisons même un petit voyage tout les mois ensemble, de 2-3 jours ! ».

 

 

“ Ma meilleure amie est Thaïe. On apprend beaucoup l’une de l’autre. “

Marie-Antoinette est donc partie avec une volonté forte de s’intégrer, d’en apprendre le maximum et de s’accommoder à ce nouvel entourage. Elle ne voulait absolument pas rester cloisonnée uniquement avec les expatriés Français. « Ma meilleure amie est Thaïe. On apprend beaucoup l’une de l’autre. Elle est même venue en France avec moi pour découvrir ma culture cette fois-ci, et en apprendre plus sur mon pays. Elle était super contente, et très surprise des différences ! »

 

Et la France alors ? Ça ne vous manque pas ? Vous y retournez quand même souvent ?

« Oh si, bien sûr. La France en elle-même me manque. L’opéra, l’art, la culture … le fromage et le vin ! Tout ça me manque. Je suis toujours très heureuse d’y retourner. Mais la vie en elle-même là-bas, non, ça ne me manque pas. » Marie-Antoinette nous dit retourner une fois par an en France pour rendre visite à sa famille, voir son fils et sa belle-fille, profiter du fromage français et faire le plein de musées, puis … pour voyager en Europe. Comme quoi, l’aventure ne reste jamais très loin …

 

Vous songez à rentrer en France peut-être ?

La réponse à été sans hésitation, aucune. « En France ? Sûrement pas. Je n’ai pas l’intention de partir, j’ai ma vie et mes amis ici. »

 

Et en ce qui concerne le choc culturel ? Si vous deviez donner un conseil aux futurs retraités qui souhaitent partir en Thaïlande, ce serait quoi ?

“ Je savais que j’allais être confrontée à un TOUT différent. “

Marie-Antoinette nous dit avoir été relativement préparée avec ses nombreux petits séjours en Thaïlande avant de sauter le grand pas, et surtout grâce à sa belle-fille et belle-famille Thaïes. « Je savais que j’allais être confrontée à un TOUT différent. Mais je pense que la majorité des expatriés ne mesurent pas ça avant de partir. » Avoir conscience du changement, la volonté de s’adapter et se laisser aller à cette transformation d’environnement sont, d’après elle, des points clés.

« Si vous n’avez pas cette volonté d’adaptation, l’expatriation ne sera pas ratée, mais vous finirez par vivre en autarcie et par recréer la France … mais à 9 000 kms. » Elle finit par nous rappeler à quel point la Thaïlande est magnifique et sa culture enrichissante. Il serait donc « dommage » de passer à côté de tout cela. « Ouvrez-vous, lancez vous, n’ayez pas peur et profitez. »

 

 

Mais sinon … Pourquoi Bangkok ? Pourquoi pas une île paradisiaque ?

« J’ai toujours vécu dans des capitales, j’ai besoin que ça bouge. C’est sûrement une question de tempérament. Je tourne en rond très facilement autre part, mais pas à Bangkok. Il y a toujours quelque chose à faire. » La capitale Thaïlandaise a beaucoup à offrir d’après elle. Ce que Marie-Antoinette aime par dessus-tout, c’est d’avoir tout à sa portée. « Je bénéficie de l’aspect traditionnel propre à la Thaïlande, mais aussi de tout ce que j’avais en France. Tradition et modernité, tout y est. » Bangkok a en effet beaucoup d’avantages … Temples traditionnels qui côtoient hôpitaux dernier-cri, centres commerciaux ultra modernes à une rue des marchés locaux authentiques …

 

Ça fait beaucoup d’infos du coup … En résumé, qu’est-ce qui vous plaît le plus ici ?

Difficile de le dire, vu le visage qu’affiche Marie-Antoinette … tellement de choses. « Eh bien … les gens sont très avenants, très attentionnées. On a accès à tout, le climat est parfait, on voit des choses et on vit dans un environnement qu’on n’aurait pas en France. Tout comme le confort de vie. » Car oui, il est très commun ici d’avoir une piscine et une salle de sport dans sa résidence. D’acheter de la nourriture dans la rue dont le goût dépasse de loin tout ce que vous connaissez. De vous réveiller le matin sous 25° en vous disant « tiens, il fait frais aujourd’hui ! ». « Bref, beaucoup de choses. ».

 

Et … une petite anecdote à nous raconter ?

Marie-Antoinette réfléchit pendant 2 minutes, elle a l’air d’en avoir un paquet … puis commence son histoire. Elle fait souvent des grosses courses pour chez elle, et rentre en tuk-tuk. « Mais ce jour-là, impossible d’en avoir un ! J’étais avec tout mes sacs, en galère, seule. Et un policier m’a vue. » Elle nous explique que celui-ci voulait l’aider, et arrêta le premier tuk-tuk qui passait par là. Le conducteur était très stressé, paniqué car il ne savait pas pourquoi le policier voulait lui parler. Puis il a vu Marie-Antoinette et tout ses sacs, et a compris. « Il était mort de rire pendant tout le trajet ! »

Une heure et demie plus tard, Marie-Antoinette nous ramène un plateau avec différentes sortes de spécialités Thaïes achetées aux street vendeurs, toujours ce grand sourire aux lèvres.

 

Si vous deviez décrire la Thaïlande … en un mot ?

« Mai pen rai » Très utilisé en Thaïlande, ces trois petits mots ont beaucoup de traductions. Mais Marie-Antoinette retient la suivante : « Tout va bien ».

en un lieu ?

« Bangkok. Bien-sûr. »

en une image ?

« Une femme, vendeuse de street food, un large sourire sur son visage. »

 

Merci Marie-Antoinette, ce fût un plaisir !